Brexit Transport

Brexit Transport ou No Deal! Y aura-t-il des conséquences pour le transport en cas de Brexit, surtout de Brexit dur ? C’est la question à se poser pour les industriels, les particuliers ou les transporteurs qui ont des relations avec la Grande-Bretagne. Sont concernés l’Angleterre, l’Écosse, le pays de Galles et aussi l’Irlande. L’incertitude est à son comble et les prévisions sûres impossibles. Voyez les différentes péripéties actuelles autour d’un Brexit dur ou non, prévu et maintenu pour le 31 octobre par le premier ministre Boris Johnson. Il a d’ailleurs demandé le renvoi des parlementaires chez eux du lundi 9 septembre au lundi 14 octobre 2019 afin d’avoir les coudées franches avant que sa décision ne soit finalement annulée, ce qui a suscité pas mal d’émoi! Transports Britanniques? Besoin d’installer une filiale en France === >> Prendre Contact

Récentes nouvelles à propos du Brexit

Brexit Trafic camions vers les ports

En ce 3 octobre Boris Johnson a proposé à Bruxelles son offre finale en particulier concernant la question de la frontière irlandaise entre le Nord et la république d’Irlande au Sud. Bien qu’il souhaite sortir de l’UE à fin octobre quoiqu’il en soit, le premier ministre britannique est prêt à certaines négociations. Mais il reste peu de temps, soit une dizaine de jours effectifs. Quoi qu’il puisse arriver, les décisions prises auront un impact sur les relations entre la Grande-Bretagne et l’UE, par conséquent sur les transports. Donc, restons prêts à toute éventualité… Voir la suite autre paragraphe ci-dessous…

Un Brexit dur sans accord ou no deal pourrait représenter une catastrophe pour l’économie britannique. Ce Brexit ferait perdre aux britanniques plus de 16 milliards d’euros d’exportations vers l’union européenne. C’est-à-dire près de 7 % de leurs ventes dans cette zone. Des milliards de livres avec d’autres pays européens disparaîtraient aussi. Cela aurait également un impact significatif pour toutes les industries européennes commerçant avec la Grande-Bretagne et l’Irlande. Cette dernière pourrait même rétablir sa frontière terrestre. Quelles solutions s’il se produit également un Brexit dur transport ?

Dernières nouvelles Brexit

Cette semaine qui a débuté le 7 octobre 2019 est la dernière pour parvenir à un accord concernant le Brexit. Boris Johnson s’est entretenu ce lundi 7 avec le président français Emmanuel Macron et plusieurs homologues européens. Il a confirmé que de toute manière il sortirait bien de l’union européenne à la fin du mois. Il est prêt à faire des compromis si l’Europe est prête à en faire également. Une question cruciale est toujours la question douanière à propos de la frontière de l’Irlande du Nord et celle de l’Irlande du Sud laquelle va rester dans l’union européenne. Sont concernés également les questions douanières entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne. Si des droits douaniers devaient être mis en place pour exporter en Grande-Bretagne, cela impacterait les échanges de marchandises et leurs prix. Ce serait notamment le cas pour un vigneron britannique installé en France qui exporte du vin au Royaume-Uni. On peut penser également au cognac.

Relations commerciales, transports et Brexit

Les relations commerciales et les transports aller-retour vers la Grande-Bretagne, en cas de Brexit dur impliquant un Brexit Transport pourraient devenir plus compliquées. D’ailleurs, l’État français a recruté plus de 500 douaniers. Ils vont  reprendre leurs fonctions douanières vis à vis de la Grande Bretagne pratiquement comme avant l’espace Schengen ! Si l’on doit présenter à chaque passage douanier vers la Grande-Bretagne des documents de transit ou dédouanement, cela va s’avérer plus compliqué !

Rapport du No Deal

Il est prévu que ce serait pratiquement 85 % des poids-lourds traversant la Manche qui ne seraient pas en règle avec les nouvelles dispositions douanières françaises. Ce sont les conclusions d’un rapport alarmant. Celui-ci a été demandé à Monsieur Boris Johnson par neuf députés anti « No Deal » au parlement de Westminster. Il pourrait en être de même dans le sens Grande-Bretagne vers l’Union Européenne.

Brexit dur ou no deal par Boris Johnson

Transporteurs britanniques et transit

Ainsi, sont concernés les transporteurs installés en Grande Bretagne et en Irlande qui veulent continuer d’être opérationnels rapidement au niveau européen. Ceux-ci ont tout intérêt à disposer d’une filiale installée dans la communauté européenne ! Et la France est certainement le pays le mieux placé pour faire face à un Brexit dur transport.  En effet, c’est par lui que transite la majorité des marchandises et des camions vers le reste de l’Europe et au-delà !

Implantation filiale en France

Il est à noter qu’en vue d’un Brexit dur, un cabinet de conseil britannique m’a demandé un  devis pour formalités d’implantation de filiale transport britannique. Il serait prévu de multiples demandes potentielles de ce type. Faites réaliser ce type d’opération par un conseil expérimenté ! Celui-ci s’appuie une large pratique des créations de sociétés de transport nationales et internationales. Je peux faire état également de mes relations avec l’administration publique française : Driea, Dreal et Deal, prendre contact !

Optimisation transport sur l’EU

Conséquences pour le transport en cas de Brexit : Si vous êtes un transporteur britannique installé en Angleterre, Écosse, pays de Galles ou en Irlande, vous risquez d’être touché par le Brexit transport ! Alors créez une filiale ou une nouvelle structure transport en France. Ce sera la meilleure solution pour vos liaisons dans l’union européenne.

Création de filiales de transport en France pour transporteurs britaniques

Formalités filiales transports

Pour pallier aux conséquences pour le transport en cas de Brexit : Quelles opérations sont nécessaires pour ouvrir une filiale en France ou autre structure en cas de Brexit transport? Créons une  filiale transport comme pour toute société. Cela nécessite apport de capitaux, rédaction de statuts, formalités auprès de l’administration publique française des transport: Driea pour l’Île-de-France ou Dreal en province, inscription au registre des transports. Ceci est réalisé en vue d’une nouvelle inscription au registre du commerce et des sociétés: RCS. Ainsi, obtenez votre licence transport européenne avec copies de licence. Immatriculez votre parc de véhicules dans cette filiale ou société nouvelle. Vous serez alors paré pour circuler aisément sur toute l’Europe.

Réalisation possible

Expérimenté en réalisation de sociétés de transport au niveau national et international, créons ensemble votre filiale transport! Et si vous recherchez également un Gestionnaire Transport pour l’obtention et le maintien de votre Licence Transport ou un dirigeant transport, faites en part. De nombreux candidats sont disponibles. Un devis gratuit pourra vous être fourni à la demande suivant votre projet et vos besoins, prenez contact Ici.

JJ Lecomte
Coach consultant
Transport management marketing

Twitter, FacebookYouTube,Instagram

P.S. Cet article vous a intéressé, vous pouvez le faire suivre à vos collègues et/ou réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.